Albert Kahn, musée et jardin

Un véritable tour du monde en arbres et fleurs

Albert Kahn, musée et jardin

CP : CG 92 - Jacques de Givry

Nés du projet humaniste du millionnaire philanthrope Albert Kahn de faire connaître à chacun les différentes cultures du monde, le musée et ses jardins sont une source inattendue de dépaysement au sein même de la ville.

Les jardins Albert Kahn bénéficient du label Eve®, "espace vert écologique", décerné depuis mai 2012.

Cette certification écologique vient récompenser l'investissement du département des Hauts-de-Seine dans la gestion durable qu'il met en oeuvre à la Vallée-aux-Loups.
Plus d'informations sur le site www.ecocert.com
 

Œuvres d'art du musée départemental, les jardins Albert Kahn nous convient à un véritable tour du monde des arbres, arbustes et fleurs. Ces jardins de tous les continents – Europe, Amérique, Afrique, Océanie et Asie – sont réunis sur le site grâce aux traditions qui les inspirent. Ils invitent le visiteur à un voyage autour du monde.

 


 

Le village japonais et le jardin japonais contemporain

Le jardin japonais a été créé à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, à l'occasion des voyages d'Albert Kahn au Japon. Il comprend aujourd'hui un "village" bâti par des artisans japonais venus spécialement le réaliser. Pour ce faire, Albert Kahn fit livrer en pièces détachées les deux maisons d'habitation et des végétaux japonais dont une collection de bonsaïs. Le jardin contemporain a remplacé en 1990 une partie des anciens jardins. Le paysagiste Fumiaki Takano y a néanmoins conservé le pont rouge et le portique donnant sur le verger. Ce nouveau jardin symbolise la vie et l'oeuvre d'Albert Kahn, de sa naissance à sa mort, ainsi que ses liens d'amitié avec le Japon. L'eau y est omniprésente. D'autres évocations du Japon sont présentes comme la montagne aux azalées qui représente le mont Fuji.
 

Le jardin français

En 1895, Albert Kahn fait appel aux prestigieux paysagistes Henri et Achille Duchêne pour dessiner le jardin français et le verger-roseraie. La roseraie est un hommage à l'art du jardin de la Renaissance et le jardin français au classicisme du XVIIe siècle. La pelouse rectangulaire, ornée de broderies dans les angles, est ceinturée de plates-bandes de fleurs saisonnières. Des rangées de tilleuls et de marronniers taillés en rideaux accentuent la régularité de l'architecture de cette scène paysagère.
 

Le verger-roseraie
L'espace allie jardin d'utilité et jardin d'agrément. Les pommiers et les poiriers sont soit taillés selon des formes géométriques, soit laissés en port libre pour évoquer les cultures de plein vent. Au mois de juin, les arbres fruitiers sur lesquels s'enroulent des rosiers grimpants et les tonnelles se couvrent de roses. L'étude des autochromes issus des collections du musée a permis une restauration en 1989 et la réintroduction de variétés anciennes.
 

      

      Le palmarium ou le jardin d'hiver
La partie centrale de ce bâtiment, construit à la fin du XIXe, sert de jardin d'hiver orné de plantes exotiques.
Magnifique ouvrage de ferronnerie et de verre, cette serre est doublée à l'intérieur d'un treillage peint en blanc. Deux serres latérales en forme de dos-d'âne (détruites vers 1914) abritaient entre autres une culture de chrysanthèmes.
 

Le jardin anglais
Depuis la balustrade en pierre du jardin français, on découvre la pelouse aux lignes courbes et arrondies d'un jardin naturel créé en 1895. Une rivière serpente en bordure de la pelouse pour terminer son parcours dans un bassin surmonté d'une rocaille et d'un pont en ciment reproduisant les formes du bois. Alors qu'au centre le gazon est très entretenu, sur les pourtours des plantes à bulbes s'épanouissent plus librement. En automne, le jardin se teinte d'or grâce aux deux ginkgos biloba centenaires.
 

La forêt vosgienne
Cette forêt est une évocation des paysages montagneux de l'enfance d'Albert Kahn. Elle reproduit sur 3 000 m2 une forêt qui, dans les Vosges, occupe 800 000 hectares. Blocs de granit, épicéas verts mêlés de charmes, hêtres, noisetiers et chênes évoquent le versant lorrain des Vosges. Dans un décor de grès rose, pins sylvestres, pins noirs, chênes sessiles et hêtres évoquent, eux, le versant alsacien. Les dégâts de la tempête de 1999 ont été l'occasion d'une restauration complète de cet espace par le conseil général.
 

Le marais
Sous la forêt bleue, avec leurs espèces aquatiques (nénuphars, massettes, prêles, iris d'eau…), les deux pièces d'eau évoquent un marais. La composition de cette parcelle fait la part belle à la recherche du naturel.
 

La prairie et la forêt dorée
Dans la prairie, la priorité est donnée aux couleurs et aux formes végétales. La forêt dorée en bordure de la prairie doit son nom aux bouleaux, qui prennent en automne une teinte jaune et or très lumineuse et aux pousses printanières des épicéas.
 

La forêt bleue
Les couleurs des cèdres de l'Atlas et des épicéas du Colorado ont donné son nom à cet espace. Ces conifères forment toute l'année un rideau végétal bleuté et épais ponctué de rhododendrons et d'azalées. Les arbres avaient beaucoup grandi depuis 1899, date de création de ce jardin.
Une restauration a été entreprise dans les années 1990 avec la replantation de jeunes conifères. La tempête de 1999 a mis à terre de nombreux arbres. Les plantations qui ont suivi ont permis à l'écran bleu conçu par Albert Kahn de retrouver sa densité.
 

Expo "La Mongolie au fil du présent - 4 regards photgraphiques" 
Du  17 avril au 4 novembre 2012, le  Conseil général des Hauts-de-Seine présente cette exposition dans le jardin du musée départemental Albert-Kahn à Boulogne.
Miroir contemporain à l'exposition « La Mongolie entre deux ères : 1912-1913 », le conseil général accueille successivement les regards de Pierre Reinhard, Lucile Chombart-de-Lauwe, Sophie Zénon et Ayin.
» Plus d'infos sur le site vallee-culture.hauts-de-seine.net
 

Le programme détaillé du musée Albert Kahn est consultable ci-dessous :

Un projet de restructuration du musée et des jardins Albert-Kahn a été voté en juin 2011. Il doit permettre de mettre en valeur les « Archives de la Planète » : 72 000 autochromes et 183 kilomètres de films et doit aussi permettre de faire face à une fréquentation en hausse, plus 36 % en trois ans pour atteindre 120 000 visiteurs annuels.

Le projet prévoit la rénovation du bâti existant sur ce site de quatre hectares à Boulogne et la construction d'un nouveau bâtiment rue du Port. Il rassemblera des espaces d'exposition, un auditorium de 200 places, des salles de séminaire, une boutique, un restaurant…

Autre axe important du projet de restructuration : la constitution d'un ensemble japonais unique en Europe. Deux des trois maisons traditionnelles japonaises installées à Albert-Kahn seront rénovées, tandis que la Pagode, détruite par un incendie en 1952, devrait être reconstruite à l'identique. La « Maison de Kiso », demeure traditionnelle de paysans japonais du XIXe siècle, offerte à la France en 1999 et installée au Jardin d'Acclimatation à Paris déménagera à Boulogne. Enfin, est également prévu la création ou du moins l'évocation d'un jardin Zen.

Plus d'informations sur hauts-de-seine.net

 

Issu d'une famille juive alsacienne commerçante, Albert Kahn a seize ans lorsqu'il quitte sa région natale pour tenter sa chance à Paris. Il crée sa banque en 1898 et édifie progressivement une fortune considérable. Il dispose alors des moyens nécessaires pour œuvrer à son idéal de paix universelle.

Convaincu que la connaissance des cultures étrangères encourage le respect entre les peuples, Albert Kahn entreprend la constitution des « Archives de la planète », un témoignage en photos et en films de la vie au début du XXe siècle aux quatre coins de la Terre.

En 1893, Albert Kahn s'installe à Boulogne-Billancourt et loue un hôtel particulier situé 6, quai du 4 Septembre.

Dès 1894, le paysagiste Eugène Deny aménage le jardin de la maison.
En 1895, Albert Kahn devient le propriétaire de cette maison ainsi que de quatre terrains attenants ; il entreprend alors la création de ses jardins. La démarche du banquier lui fait opter pour un genre de jardin particulier au XIXe : le jardin dit « de scènes ». Chaque acquisition de terrain lui donne l'occasion de créer une scène paysagère.

Le krach boursier d'octobre 1929 porte un coup fatal à la fortune du banquier et à la réalisation de son œuvre. À partir de 1933, ses biens sont peu à peu saisis. Albert Kahn meurt en 1940 ruiné, dans une maison dont il n'est plus que l'usufruitier.

Les jardins appartiennent depuis 1964 au département des Hauts-de-Seine.
 

Le musée Albert Kahn

Entre 1909 et 1931, Albert Kahn finance des campagnes photographiques et cinématographiques dans 50 pays, pour conserver la mémoire de la vie quotidienne et de la vie politique, culturelle et sociale de l'époque. Ses équipes utilisent deux inventions des frères Lumière : le cinématographe (1895) et l'autochrome (1907). Ancêtre de la diapositive, le procédé autochrome permettait de fixer des images en couleurs véritables sur des plaques de verre.
Elles étaient recouvertes de grains de fécule de pommes de terre colorés en rouge, en vert et en bleu. Ces archives constituent aujourd'hui les collections du musée départemental Albert Kahn.


Les collections du musée
Avec 72 000 plaques autochromes, le musée Albert Kahn détient la plus importante collection d'autochromes au monde. L'ensemble des films (180 000 m) en 35 mm noir et blanc, muets, représente environ 100 heures de projection.

Le site du musée Albert Kahn 

Accès aux collections numérisées
La richesse et la nature de cette collection rendent difficile l'accès à la totalité du fonds. Grâce au système FAKIR (Fonds Albert Kahn informatisé pour la recherche), les collections sont progressivement numérisées, puis intégrées à des bornes interactives conçues pour une exposition permanente.
Renseignements : 01 55 19 28 00
En savoir plus sur le site du musée Albert Kahn 


Les expositions
Régulièrement, le musée départemental Albert Kahn organise des expositions temporaires à partir de ses collections : la Chine en 2004, l'Irlande en 2005, le Maghreb en 2006, les Indes en 2008 et 2009…
Pour connaître l'exposition en cours, prenez contact avec l'accueil du musée au 01 55 19 28 00, ou consultez le site internet du conseil général des Hauts-de-Seine : www vallee-culture.fr

Groupes scolaires
Les groupes scolaires sont invités à découvrir les collections et les jardins. Les ateliers proposés sont fondés sur la lecture d'images, la lecture du paysage et l'éducation à la diversité culturelle.
Renseignements : 01 55 19 28 32
ou museealbertkahn@cg92.fr

Enfants
Ils peuvent visiter le parc de façon ludique en téléchargeant sur l'Espace Juniors un quiz avec des questions adaptées pour les aider à remarquer tout ce qui peut les intéresser dans le parc.

Les réponses sont téléchargeables par les parents, dans la rubrique "Jeux de piste", accessible grâce à la flèche à droite sur la page d'accueil.
Profitez de votre visite sur l'Espace Juniors pour faire jouer vos enfants avec tous les éléments dessinés du site. Bonne visite !
 

Visites conférences
Pour le grand public ou les spécialistes en groupe - Renseignements : 01 55 19 28 20
Lien vers le site Culture


Cérémonies de thé
De mai à septembre, elles sont célébrées par un maître de thé dans le pavillon japonais.
Inscription : 01 55 19 28 00
 

Expositions en plein air
Accueil du musée au 01 55 19 28 00 ou sur le site www.vallee-culture.fr
 

Superficie
3,9 ha
 

Tarifs
Pour le musée et les jardins : 3 €
1,50 € pour les bénéficiaires d'un tarif réduit
Gratuit pour les moins de 12 ans
Carte d'abonnement annuel : 15 €
Gratuit le premier dimanche du mois
 

Horaires
Hiver (du 1er octobre au 31 avril) : du mardi au dimanche de 11 h à 18 h
Été (du 1er mai au 30 septembre) : du mardi au dimanche de 11 h à 19 h
Fermeture des caisses à 17 h 30 en hiver et 18 h 30 en été
Fermeture exceptionnelle au moment des fêtes de fin d'année et certains jours fériés
» Toutes les informations sur le site du musée Albert Kahn
 

Moyen d'accès
Métro : Boulogne Pont de Saint-Cloud (terminus ligne 10 )
Tramway : ligne T2 - arrêt Parc de Saint-Cloud
Bus : 52, 72, 126, 160, 175, 467 - arrêt : Rhin et Danube
 

Contact
parcsjardins@cg92.fr

 

Liens utiles

Retour à la liste des parcs et jardins

Localisation

Le musée et les jardins Albert Kahn se situent à Boulogne-Billancourt.
 

Les jardins d'Albert Khan en images

©CG92/Willy LABRE Image suivante

Enfants

  • Découvrez la faune et la flore des Hauts-de-Seine, des fiches explo, des fiches bricolage, des jeux pour découvrir les parcs et des idées de sorties 100% nature.

Espace juniors

Balades à proximité

Rejoignez la limite du bois de Boulogne pour emprunter la promenade des coteaux et des parcs du Val de Seine. Elle vous permettra de rejoindre le domaine national de Saint-Cloud, et le parc nautique de l'île de Monsieur.

Rechercher un évènement

ou

ou

Tous les événements


Les parcs en brochures

Histoire, nature, culture, plan des parcs... en 12 dépliants, vous saurez tout sur les parcs départementaux sur www.hauts-de-seine.net , rubrique Cadre de vie / Patrimoine vert 
 

Les parcs départementaux

 
Site Internet du conseil général des Hauts-de-Seine

promenades.hauts-de-seine.net est un site du conseil général des Hauts-de-Seine